Blogue du RED
Tous les articles

Les pointes (première partie) : Petit guide d’achat des pointes

22 février 2017
dans

Pour l’élève qui commence les pointes ou qui danse dans un contexte de loisir, il peut être difficile de trouver des pointes qui conviennent à ses pieds et qui possèdent le juste équilibre entre rigidité et malléabilité.

Bien sûr, il faut considérer la longueur et la largeur, mais les pointes sont également fabriquées avec différentes formes de boîtiers, de longueurs de semelles, de hauteurs d’empeigne (devanture du boîtier) et de degrés de rigidité.

En général, l’élève qui commence les pointes aura besoin de chaussons moins rigides qui lui permettront de bien monter au sommet de la plateforme; c’est-à-dire « sur pointe ».

Attention! NE JAMAIS acheter de pointes trop grandes en prévision de la croissance, car autant le confort que la qualité du travail seront compromis.

Éléments à valider lors de l’essayage des pointes

Voici quelques points à surveiller en magasin :

À plat dans les pointes – Les pieds sont légèrement serrés, mais ni déformés, ni comprimés au point d’entraver la circulation. Les orteils ne sont ni recroquevillés, ni superposés. Le boîtier épouse bien le dessus du pied, et l’arrière couvre bien le talon.

En demi-plié, les pieds en 1re position – Le satin sur la face interne des pointes est bien lisse. On peut y glisser le bout d’un doigt, sans quoi  la pointe pourrait être trop courte ou trop étroite. Par contre, si on peut passer plus d’un doigt, la pointe est trop grande en longueur et/ou en largeur.

 Vu de face, sur pointes, les pieds en 6e position – Le pied est bien centré et l’empeigne symétrique. Le boîtier ne plisse pas.

Vu de dos, sur pointes, les pieds en 6e position – La semelle est bien centrée et ne dépasse pas le talon du pied. On peut replier le talon de la pointe pour mieux constater ces deux éléments.

 Vu de face, sur pointes, les pieds en 1re position – Le boîtier soutient bien le pied et les orteils ne calent pas au fond. Le talon de la pointe est bien ajusté et ne poche pas (ou très peu…). L’élève est capable de bien monter au centre de la plateforme.

Lorsque l’arche du pied et le cou-de-pied sont moins développés, l’élève aura plus de difficulté à monter sur pointes. Une empeigne plus basse, une semelle trois-quarts et une fabrication plus souple sont alors indiquées. Par contre, l’élève aux pieds très arqués ou hypermobiles aura besoin d’une empeigne plus haute, d’une semelle pleine longueur et d’un boîtier plus rigide pour éviter de passer « par-dessus » ses pointes.

Il existe souvent de petites différences entre les deux pieds, mais il est habituellement possible de trouver une paire de pointes qui convienne. Par contre, lorsque cette différence est plus significative, il est nécessaire d’acheter deux paires de grandeurs différentes. Un gros investissement sur le coup… mais qui durera le double du temps.

Dans tous les cas, n’oubliez pas de faire vérifier les nouvelles pointes par le professeur avant de les porter ou de coudre les rubans et élastiques.

À suivre – partie 2 : Préparer ses pointes


Portrait de Dominique Turcotte

Un article de Dominique Turcotte

Diplômée de l’École nationale de ballet du Canada et licenciée de l’Imperial Society of Teachers of Dancing, Dominique Turcotte a enseigné quatre ans au Ballet national avant de s’établir à Québec en 1983. Elle fut directrice générale et pédagogique de L’École de danse de Québec de 1985 à 2009. Très impliquée dans le développement de son milieu, elle a siégé sur plusieurs conseils d’administration et comités professionnels aux niveaux régional, provincial et national. Sa contribution au développement de la danse à Québec lui a valu plusieurs reconnaissances, incluant le prestigieux prix Femmes de Mérite du YWCA dans la catégorie Arts et Culture (2009).

Depuis 2011, Dominique se consacre à l’enseignement à titre de pigiste. Elle a été professeure invitée dans une douzaine d’institutions au Québec, en Ontario, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse.

Dominique est membre fondatrice du Réseau d’enseignement de la danse. Coauteure du programme RED pour l’enseignement de la danse classique, elle enseigne occasionnellement lors de ses stages de développement professionnel. Elle est également membre du comité pédagogique aviseur du RED et contribue régulièrement à son blogue et à ses divers comités et activités.

© Réseau d’enseignement de la danse. Tous droits réservés.