Blogue du RED
Tous les articles

Comment intégrer la création et l’improvisation dans vos cours?

12 octobre 2016
dans

Dépendamment de l’expérience du danseur et de sa personnalité, le mot improvisation peut faire peur lorsqu’il est introduit dans un cours de danse.

Dans la culture du hip-hop par exemple, l’improvisation fait partie intégrante de la pratique : « freestyle », « battle », rap, etc. Les danseurs sont rapidement invités à explorer le mouvement, encouragés à trouver leur propre style en tant qu’interprète et surtout, à exposer sans tabous leur gestuelle à leurs confrères. L’improvisation devient donc une habitude dans leur pratique de la danse et non pas un défi. À l’opposé, il est possible de se référer au ballet classique qui est régi par des conventions et des répertoires précis laissant peu de place, voire même aucune, à l’improvisation. Dans ce cas, les danseurs peuvent ressentir un sentiment d’impuissance lorsqu’ils doivent laisser libre cours à leur imagination.

L’improvisation, un outil de création

L’improvisation est un moyen intéressant de perfectionner les qualités d’interprétation de ses élèves. Non seulement donne-t-elle une liberté de mouvement, mais elle permet aussi aux élèves de se découvrir, de prendre confiance en leurs compétences et elle les aide à faire face à diverses situations qui pourraient se produire sur scène ou même en audition. C’est aussi un excellent outil de création pour les professeurs. Cependant, comment amener l’improvisation dans ses cours afin d’en garder une expérience agréable ?

Commencez par des exercices de création avec vos élèves. Moins spontanée comme pratique, la création permet une réflexion chorégraphique sur une gestuelle qui jaillit du ou des danseurs. Qu’elle soit exécutée en groupe ou en solo, la création demande un moment de rassemblement, de mise au point et de triage des idées qui veulent être présentées. La censure peut être au rendez-vous par l’élève, mais il s’agit de choix chorégraphiques lui permettant de mettre de l’avant ses inspirations, sa personne. C’est un premier pas vers l’improvisation. C’est une façon de donner confiance au danseur autant au niveau de sa capacité à générer du mouvement qu’à la valeur de celui-ci.

Quelques exercices de création

La création peut s’intégrer à travers divers petits exercices. Une façon simple et ludique de proposer des ateliers à ses élèves est d’utiliser l’analyse du mouvement de Laban. Basées sur 4 axes soit le corps, l’espace, l’effort (énergie) et le temps, les notions de Laban aident à guider vos élèves dans la recherche de mouvements. Les exercices de création les plus simples sont souvent les plus efficaces ! Voici quelques idées :

  • Prendre une séquence chorégraphique debout et la transposer au sol;
  • Prendre des images comme le feu, l’eau et le vent et inviter les danseurs à incarner les différentes énergies évoquées par ces images;
  • Changer la trame sonore de la chorégraphie (passer d’une musique lente à une musique dynamique);
  • Faire danser les élèves face à face, en cercle, dans des angles différents, etc.;
  • Inventer une séquence chorégraphique à partir de positions/postures et d’un dé (inspiré par Merce Cunningham, chaque face du dé est associée à une position de danse. On brasse le dé et la chorégraphie se crée d’elle-même);
  • Énumérer des parties du corps qui doivent initier le mouvement (coude par exemple).

Peu importe le type d’exercice proposé à vos élèves, le but est de les faire bouger autrement et d’explorer les possibilités. Mettre en lumière qu’il n’y a pas qu’une seule bonne façon de bouger. Les avenues sont infinies. Par la suite, il sera plus facile d’entrer dans le vif du sujet soit l’improvisation. Quand les élèves auront un bagage d’outils et qu’ils auront déjà expérimenté le mouvement, ils seront plus confiants et enclins à se laisser-aller et à improviser. Il faut commencer lentement : laissez-les décider de leur pose de départ dans une chorégraphie, intégrez une séquence d’improvisation dans un enchaînement technique, faites de l’improvisation dirigée et donnez une thématique à l’improvisation… vos élèves y prendront plaisir et en redemanderont.


Marie-Pier Fortier rédige des articles de blogue pour le Réseau d'enseignement de la danse

Un article de Marie-Pier Fortier

Bachelière en danse contemporaine profil interprétation (Université du Québec à Montréal), Marie-Pier Fortier a débuté sa formation jeune. Après une initiation au ballet jazz, elle a pratiqué différents styles de danse et cumule une quinzaine d’années d’expérience en enseignement dans les milieux récréatif et scolaire. Observatrice et pédagogue, elle aide les gens à se surpasser et à trouver leur propre façon de bouger en plaçant la créativité au cœur de son travail. Bien qu’elle accorde beaucoup d’importance à la technique, elle ne devrait selon elle jamais être travaillée au détriment du plaisir. Depuis quelques années, Marie-Pier s’intéresse au yoga et suit une formation professionnelle en Danga auprès de Mylène Roy.

© Réseau d’enseignement de la danse. Tous droits réservés.