Blogue du RED
Tous les articles

À quel âge peut-on débuter les cours de ballet?

11 octobre 2017
dans

Premièrement, il est important de comprendre que le ballet classique est une activité physique et artistique complexe dont les pas et les mouvements requièrent de la maturité, une conscience corporelle, un contrôle moteur et une bonne capacité de concentration pour bien les exécuter.

Évidemment, la vaste majorité des enfants, filles et garçons, aiment danser et s’y adonnent avec joie aussitôt qu’ils entendent de la musique ou un rythme entrainant.

Chez les petites filles en particulier, le rêve de devenir « ballerine » est courant, et leurs parents, encouragés par cet intérêt, recherchent souvent des cours de ballet pour leur enfant de 2, 3 ou 4 ans…

Attention, danger!! Pas si vite!!!

À quel âge faire débuter mon enfant alors?

Apprenez qu’un consensus existe dans le milieu professionnel de l’enseignement de la danse classique et chez les spécialistes en anatomie qui connaissent les exigences du ballet :

Il ne devrait pas y avoir de cours de ballet classique avant l’âge de sept ou huit ans!

Pourquoi? Surtout pour des considérations physiques, car avant cet âge, l’ossature n’est pas assez solide pour effectuer les mouvements de jambes basés sur la rotation externe (le fameux « en dehors ») qui est la base fondamentale du ballet. Et aussi parce que la musculature n’est pas assez tonique pour pratiquer plusieurs de ses pas codifiés sans risque de blessure ou de déformation.

Et pourtant…

Il est malheureusement facile de trouver des cours de « ballet » pour des enfants aussi jeunes que trois ans.

Comment bien initier son enfant au ballet?

Dans un tel cas, de sérieuses vérifications s’imposent pour connaître ce qui s’enseigne réellement dans ces cours.

  • On y pratique des pas de déplacement tels les gambades, pas marchés, pas chassés et caracoles?
  • On y apprend les positions des bras et de simples ports de bras?
  • On y introduit les notions d’alignement postural et d’en dehors naturel (jamais forcé)?
  • On y apprend des mouvements de base tels le demi plié et l’élevé?
  • On y développe la coordination globale et spécifique?
  • On y travaille l’assouplissement et le renforcement de manière adaptée à l’âge?
  • On y apprend à suivre des consignes et à danser avec un ou des partenaires?
  • On y explore différentes qualités du mouvement; de dynamique à lyrique?
  • On y développe l’imagination, la créativité, la musicalité et le sens rythmique?
  • On accomplit tout ceci par le biais de courts exercices-jeux, aptes à maintenir l’intérêt de l’enfant et non le rebuter?

Dans l’affirmative, il s’agit plutôt d’un cours préparatoire et c’est probablement très bien.

Ce genre de cours assure un contenu diversifié, adapté à l’âge et à la maturité physique et intellectuelle de l’enfant de moins de sept ans. Il offre aussi l’avantage de constituer un bon point de départ pour tous les cours de danse; classique, jazz, contemporain ou autre!

Vous l’aurez compris : si on vous propose un cours dans lequel votre enfant de moins de sept ans fera du « vrai » ballet classique, ou si, pis encore, on suggère que votre fille fasse des pointes avant l’âge de 11 ans, sachez qu’il existe un danger réel pour son développement physique. Par ailleurs, un entrainement trop poussé peut avoir l’effet pervers de faire perdre à votre enfant tout intérêt pour la danse. Quel dommage sur les deux comptes!


Portrait de Dominique Turcotte

Un article de Dominique Turcotte

Diplômée de l’École nationale de ballet du Canada et licenciée de l’Imperial Society of Teachers of Dancing, Dominique Turcotte a enseigné quatre ans au Ballet national avant de s’établir à Québec en 1983. Elle fut directrice générale et pédagogique de L’École de danse de Québec de 1985 à 2009. Très impliquée dans le développement de son milieu, elle a siégé sur plusieurs conseils d’administration et comités professionnels aux niveaux régional, provincial et national. Sa contribution au développement de la danse à Québec lui a valu plusieurs reconnaissances, incluant le prestigieux prix Femmes de Mérite du YWCA dans la catégorie Arts et Culture (2009).

Depuis 2011, Dominique se consacre à l’enseignement à titre de pigiste. Elle a été professeure invitée dans une douzaine d’institutions au Québec, en Ontario, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse.

Dominique est membre fondatrice du Réseau d’enseignement de la danse. Coauteure du programme RED pour l’enseignement de la danse classique, elle enseigne occasionnellement lors de ses stages de développement professionnel. Elle est également membre du comité pédagogique aviseur du RED et contribue régulièrement à son blogue et à ses divers comités et activités.

© Réseau d’enseignement de la danse. Tous droits réservés.