Blogue du RED
Tous les articles

Professeurs de danse, vous êtes également professeurs de musique !

1 octobre 2020
dans

Pour de nombreux élèves qui étudient le ballet classique ou la danse contemporaine, la musique entendue dans leurs cours représente souvent la première rencontre avec un univers musical autre que celui des chansons et mélodies populaires. Beaucoup d’élèves m’ont avoué que les seules compositions connues sont celles entendues à la radio dans la voiture ou dans les vidéos récents accessibles sur Internet. Les classes de ballet classique et de danse contemporaine sont donc souvent le véhicule unique pour les initier à la musique classique, sans quoi cette dernière ne croiserait jamais leur vie.

Le ballet classique et la danse contemporaine sont des formes d’art qui se prêtent à l’initiation à la musique classique d’une manière symbiotique, sans la présence d’un rythme percussif nécessaire pour dicter les mouvements de manière mécanique. Sa complexité sous-jacente nécessite une réflexion qui, une fois opérée, crée une réaction, voire une compréhension corporelle à ses multiples nuances, et ce tout au cours des années de formation. L’appréciation de la musique classique, profondément enracinée dans des centaines d’années de compositions musicales qui symbolisent encore à ce jour cette branche de l’art, peut faire partie de l’étude de la danse. Malgré la tendance actuelle à minimiser le rôle de la musique dans les compositions pour la danse, qu’il soit classique ou contemporain, la danse a historiquement tiré son essence du rythme, de la structure et de l’impact émotionnel suscité par la musique.

L’importance du choix musical

La musique au goût du jour de cette génération, qu’il s’agisse de chansons populaires ou de mélodies issues de comédies musicales ou de films, n’est pas pour autant mise de côté dans les classes de danse. Les pièces choisies doivent évidemment être adaptées pour obtenir un phrasé qui se conforme à la structure des exercices. Ce qui est à retenir, tout comme pour l’alimentation, est que la variété peut également faire partie d’un régime musical équilibré.

En tant qu’accompagnatrice de ballet, j’attends avec intérêt l’arrivée d’un nouveau tube ou le prochain thème musical d’un film à succès pour l’adapter aux exercices des classes à venir.

Le professeur de danse peut transmettre toutes les particularités d’une œuvre musicale à travers tous les exercices. La structure de la musique est inscrite dans chaque mouvement par la mesure, les inflexions naturelles, les accents, le tempo et la longueur des phrases déterminée par la mélodie. La qualité dominante de la musique est également démontrée par la dynamique, l’attaque, de même que par l’articulation et la couleur créées par l’harmonie. Pour ses élèves, chaque enseignant devient une personnification visuelle de la musique avec la complicité de son corps et de sa voix.

L’apprentissage de la musique, un art

Dans un cours de danse, le contexte formel de l’apprentissage d’un ensemble codifié de mouvements musicaux est une façon idéale à l’apprentissage et la compréhension de la musique. De nombreuses méthodes actuelles d’enseignement de la musique intègrent en fait des mouvements pour aider dans le processus, mettant ainsi à profit la connexion esprit/corps. (Dalcroze, Orff.) La danse supprime théoriquement l’abstraction de l’apprentissage de la musique et exploite cette réalité neurologique.

Les professeurs de danse doivent aussi, parfois, «expliquer» la logique de la musique à leurs élèves, scander les temps, préciser les syllabes et fournir des indices pour aider à démêler la structure qui, sans cela, pourrait être une cacophonie incompréhensible de sons aléatoires pour certains. Cette responsabilité envers la musique fait partie inhérente des obligations des enseignants. Ils doivent non seulement transmettre leur compréhension théorique de la musique, mais aussi démontrer les aspects qualitatifs de celle-ci, en utilisant le contexte à chaque étape d’un exercice. La musique peut servir à guider la compréhension de l’exécution de chaque mouvement et peut être votre meilleur outil d’enseignement.

Un partage du savoir

Être professeur de danse/musique, c’est aussi partager ses connaissances sur les compositeurs, les époques musicales et le répertoire de la danse. Quel étudiant en ballet n’est pas enchanté de savoir que son rond de jambe est exécuté sur un extrait du Lac des cygnes de Tchaïkovski ou qu’il fait des pas de chat sur la musique enjouée de Casse-Noisette dansée par des professionnels/les émérites autour du globe? Il en va de même pour ceux et celles qui étudient en danse contemporaine et qui entendent la musique de Purcell chorégraphiée par Jose Limon ou les tensions mélodramatiques de Scriabine pour représenter Isadora Duncan et son écharpe fatale. Si les élèves peuvent nommer les auteurs de deux ou trois chorégraphies emblématiques et reconnaître les mélodies qui accompagnent ces œuvres, vous leur aurez alors fait un immense cadeau. S’ils peuvent également commencer à imaginer certains mouvements d’une chorégraphie à l’écoute de la musique, cette dernière sera devenue une amie pour la vie. Si à la fin d’une année passée avec vous, ils savent qu’un compositeur important avec les initiales J. B. est Johan Sébastien Bach, et non Justin Bieber, vous aurez vraiment réussi à donner de l’ampleur à leurs perspectives.

La musique entendue en classe ouvrira les horizons de nombreux étudiants et sera un avantage indéniable pour l’apprentissage de la danse. Elle les incitera à faire leurs propres recherches en dehors des heures de cours et ainsi peaufiner leur appréciation et leur compréhension de la musique, qui est essentielle à l’expression de leur art. Lors d’une classe, prendre le temps d’expliquer la musique, que ce soit la structure, la qualité ou l’histoire, ne «retranche jamais de temps à la classe», comme je l’ai si souvent entendu. Chaque aspect de la formation en danse peut trouver sa source dans la musique. Dans vos cours, les discussions sur la présence de cette dernière peuvent aider à élever l’enseignement de la technique de la danse au niveau artistique qu’il mérite.

Légende de la photo : Robin Mathes avec une classe de secondaire 4. Ancienne danseuse des Ballets Jazz de Montréal et des Grands Ballets canadiens, Mme Mathes enseigne  maintenant à l’École supérieure de ballet du Québec et aux Studios des Grands Ballets canadiens. En 2016, elle a terminé le cours de musique à  l’École supérieure de ballet du Québec en partenaire avec le Cégep de Vieux-Montréal, dispensé par l’auteure de ce blogue.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi La musique, un élément essentiel de la danse.

© Réseau d’enseignement de la danse. Tous droits réservés.