L’importance de la formation continue pour le professeur de danse

27 septembre 2017
dans

Pour la plupart d’entre nous, enseignants en danse, la danse est une passion que nous avons développée depuis des années. Nous avons commencé tout jeune à être initié à cet art, nous avons grandi en le perfectionnant et nous avons tenté notre chance comme assistant(e) avant d’avoir finalement pu gérer nos propres groupes. Le parcours de l’enseignant en danse est habituellement assez linéaire. De l’école dans laquelle nous avons évolués, nous passons d’élève à professeur. Nous baignons dans le même environnement, avec les mêmes professeurs et leurs styles. Comment s’assurer qu’on ne répète pas des erreurs qui perdurent dans les générations de professeurs? Comment varier nos façons d’enseigner et continuer d’apprendre?

Après quelques années à enseigner, il est aussi possible de se sentir sur le pilote automatique : une routine s’installe, nous avons de la difficulté à renouveler notre créativité et nous avons, parfois, moins d’entrain à partager nos connaissances et notre plaisir. Comment retrouver la flamme du commencement si elle s’est atténuée?

La formation continue est une excellente réponse à toutes ces questions!

La formation continue peut se faire en milieu de travail ou en parallèle de son emploi régulier. L’idée, c’est d’aller chercher de nouvelles connaissances et de développer des compétences différentes afin de perfectionner notre enseignement ou nos aptitudes comme danseurs. Une formation, quelle soit ponctuelle ou continue, permet d’avoir un regard neuf sur de la matière acquise, de mettre à jour notre savoir et de développer de nouveaux outils. En danse, elle rend le danseur et/ou l’enseignant plus polyvalent, mais aussi plus créatif.

Le grand danger de l’enseignant en danse, jeune ou moins jeune, c’est de penser qu’il est assez outillé et d’arrêter de se former. On n’a jamais fini d’apprendre, mais il faut avoir l’ouverture d’entendre d’autres visions et de se remettre en question!

La formation continue sur le plan personnel et professionnel

Sur le plan personnel, suivre une formation est enrichissant. Elle permet de se mettre au défi et met en lumière nos forces et nos faiblesses. Encore une fois, il faut avoir la capacité d’introspection et la volonté de s’améliorer sans cesse! Ainsi, il est possible de miser davantage sur nos habiletés et de corriger nos failles, ou du moins, de mieux cibler nos besoins lorsqu’on monte une classe. C’est aussi une bonne façon de retrouver le plaisir de danser. Lorsqu’on enseigne, nous prenons moins de temps pour nous ; assister à des classes et bouger pour soi. Se perfectionner, que ce soit au niveau technique ou pédagogique, nous stimule et nous replonge directement dans le mouvement. Vous savez, ce mouvement que nous affectionnons tant! Prendre des classes, assister à des séminaires et parler avec divers acteurs du milieu nourrissent un sentiment de confiance et de compétence. Cela nous permet aussi de côtoyer d’autres enseignants, discuter de nos façons de faire et trouver de nouvelles idées! Notre valeur au sein de l’organisation et notre crédibilité en tant qu’enseignant n’en seront que davantage reconnues et appréciées.

Les différents types de formation continue

Plusieurs options s’offrent à nous, enseignants en danse. D’abord, la formation continue au niveau technique et dans notre style. Il est alors possible de suivre des cours dans différentes écoles ou entreprises ou par le biais d’organismes comme le RED. Un perfectionnement dans notre style de prédilection est nécessaire et stimulant, mais il peut être intéressant d’essayer de nouvelles classes ou disciplines également. Des cours pratiques peuvent être suivis de façon ponctuelle ou régulière, selon nos besoins et notre horaire.

Il existe aussi des formations plus étoffées ou diversifiées et qui reviennent annuellement. Selon moi, elles sont à valoriser et à intégrer dans nos habitudes, car elles nous assurent d’une continuité dans notre processus de formation. Le RED offrent régulièrement ce genre d’atelier, notamment la Rencontre annuelle RED qui se déroule en juin.

Pour la session d’automne, trois propositions bien diversifiées sont offertes, conçues spécifiquement pour le secteur loisir : une formation en danse urbaine (complète), des certifications en enseignement de la danse jazz (à Montréal et à Québec) et un weekend d’ateliers en jazz Simonson avec Teresa Perez Ceccon. Pour y avoir déjà assisté comme participante et aussi comme observatrice, ces formations sont salutaires! En plus de développer son cercle de contacts, elles nous replongent dans des ateliers et des cours mettant à profit différents éléments importants à détenir et à développer en tant qu’enseignant. C’est le moment idéal pour refaire le plein d’idée!

Bref, n’hésitez pas à parler à votre employeur de formation continue. Certaines écoles ont même des budgets destinés à cet effet. L’idée est de favoriser les deux parties ; atteindre des objectifs communs et personnels dans un environnement de travail stimulant. Le marché du travail, mais aussi le milieu de la danse, sont constamment en changement. Il est important de suivre la vague pour la prospérité de notre art et de notre enseignement. Gardez en tête : ouvrir ses possibilités et ses opportunités, par la formation continue, reste une solution simple et efficace.

À essayer et à mettre à son horaire cette année!


Un article de Marie-Pier Fortier

Marie-Pier Fortier est bachelière en danse contemporaine de l’UQAM, profil interprétation. Sa formation a cependant commencé tôt dans le milieu du loisir. À ces débuts, elle est initiée au ballet jazz puis touche à différents styles au fil des années. Avec plus de 15 ans d’expérience en enseignement dans le milieu récréatif et scolaire, elle développe son propre style et fait preuve de pédagogie. Marie-Pier est observatrice et désire aider les gens à se surpasser, à trouver leur propre façon de bouger. Pour elle, la technique est à la base d’une bonne performance, mais elle ne doit jamais être travaillée au détriment de la notion de plaisir. La créativité est au cœur de son travail. Ces dernières années, elle développe un intérêt pour le yoga et entame une formation professionnelle en Danga auprès de Mylène Roy.

Suivez-nous!