Blogue du RED
Tous les articles

Les pieds du danseur : anatomie et exercices

Nos pieds nous supportent, nous déplacent, nous font sauter et danser. Bref, nos pieds ne chôment pas. Heureusement que nous les reposons de temps en temps pendant la journée. Nos pieds, à travers les années, les expériences, les exercices, emmagasinent beaucoup d’informations. Ils s’adapteront au mieux pour que nous puissions rester en équilibre.

Mais lorsque les pieds n’en peuvent plus de s’adapter, quand le volume d’actions, de blessures, de répétitions est saturé; la rigidité s’installe petit à petit. Les excès de tensions musculaires apparaissent et les problèmes surviennent.

Peu importe d’où proviennent ces tensions excessives, elles créent une réaction et une transformation de nos chaînes musculaires. Cette transformation influencera tôt ou tard le placement de nos pieds. L’hallux valgus (oignon), fasciite plantaire, syndrome des orteils marteaux, etc. sont le résultat de cette mauvaise adaptabilité. Comment rester fonctionnel et adaptable?

Anatomie du pied

Chaque pied possède trois arches. L’arche longitudinale interne, l’arche externe et transverse ou antérieure. L’arche longitudinale interne devrait être de 15 à 18 mm du sol. L’arche externe devrait être de 3 à 5 mm du sol. L’arche transversale de son côté, elle est la plus appuyée au sol. Cette disposition en arche est rendue possible par l’aponévrose plantaire qui est une bande de tissu conjonctif dense étendue de la partie postérieure du calcanéum aux têtes des métatarsiens. 

En raison de ces trois arches, la posture debout fonctionnelle partage le poids de son corps sur les trois points d’appui du pied. C’est-à-dire le talon, le métatarse du gros orteil et du cinquième orteil. Habituellement, le talon supporte les deux tiers du poids du corps.

Par contre, chez les danseurs parfois, ce seront les métatarsiens qui subiront la charge du corps. Prenons exemple des mouvements d’équilibre sur les pointes. Les métatarses n’étant pas prévus à cette mission de supporter le corps à eux seuls, le danseur devra renforcer ses pieds pour rester fonctionnel et performant. 

Une préparation adéquate vous éloignera des fâcheuses blessures et vous permettra de jouir pleinement de votre art de danser. Si une blessure survenait tout de même, il est important d’abord de calmer la douleur, par des traitements de glace, par exemple.

Lorsque l’inflammation a disparu, la deuxième étape sera de rééduquer l’articulation avec un professionnel de la santé (physiothérapeute, ostéopathe, chiropraticien, etc.) et la troisième étape servira à renforcer. Un kinésiologue pourrait certainement vous aider pour cette dernière étape.

Exercices pour les pieds des danseurs

Tonifier les courts fléchisseurs des orteils permet de garder la force de la voûte plantaire. Je recommande à titre préventif de les travailler :

  • Pieds nus, debout, levez les orteils en considérant l’appui du talon, du métatarse du gros orteil et du petit orteil. Alignez le genou avec le 2e orteil. Gardez les orteils élevés pendant 10 secondes. Ensuite, les redescendre en s’assurant de garder les mêmes appuis et le même alignement. Sentez les trois arches se tonifier. Gardez cette position pendant 10 secondes. Répétez cet exercice 10 fois. Tentez maintenant de lever seulement les gros orteils tout en gardant les autres au sol. Utilisez vos mains au besoin pour aider à contrôler le geste. Redescendez les gros orteils sans perdre le tonus des trois arches. Ensuite, tentez de lever les quatre autres orteils tout en gardant les gros orteils au sol.

S’ils sont faibles, la cambrure intérieure du pied pourrait s’affaisser. Il y a de fortes chances que l’aponévrose plantaire ait perdu de son élasticité. Une douleur peut apparaître sous le pied. 

  • Massez la voûte plantaire à l’aide d’une bouteille d’eau glacée pendant 10 minutes.

Maintenir la torsion physiologique du pied. La lemniscate du pied a le rôle d’armature tout en conservant une certaine flexibilité. 

  • Mobilisation manuelle : Pieds nus, assis jambe droite croisée, la cheville sur la cuisse gauche. La paume de la main droite englobe l’avant-pied par l’arche externe. La colonne du pouce parallèle à la première colonne du pied. Les autres doigts se replient sur l’arche antérieure. La main gauche recouvre et bloque le talon. Mobilisez l’avant-pied dans son ensemble à l’aide de la main droite dans un mouvement de rotation de faible amplitude (vers l’intérieur et vers l’extérieur) tout en bloquant l’arrière-pied.

Si le complexe de torsion du pied n’est pas fonctionnel, avec le temps, l’harmonie des trois arches peut être perturbée. Une des conséquences les plus fréquentes est l’affaissement de l’arche longitudinale interne. Par cet affaissement, le gros orteil dévie de son axe et la repoussée du sol dont il est responsable n’est plus efficace. L’hallux valgus apparaît (l’oignon).

  • La tonification des arches : Étalez une serviette au sol et déposez votre pied au centre. Avec un mouvement de flexion plantaire, ramenez la serviette en petite boule. Faites-le trois fois.
  • Étirez le gastrocnémien et le soléaire: 

La cambrure du pied en excès de tension est censée faire dévier le pied vers l’arche externe. Avec l’ensemble des muscles des pieds, ils compenseront pour éviter le déséquilibre. L’arche externe supportera plus de poids que prévu et elle s’effondrera avec le temps. Le gastrocnémien latéral et le soléaire subissent cette compensation qui pourrait se traduire par une fasciite plantaire éventuellement. 

  • Je vous propose (dans la capsule vidéo suivante) de refaire l’exercice du gastrocnémien en incluant une rotation du tronc et l’extension des orteils.
  • Tout dépend de la gravité de la fasciite plantaire, il serait préférable de faire cet étirement couché avec une courroie. Couchez- vous sur le dos, élevez la jambe à 90° du sol. Enlacez le gros orteil avec la courroie. Tirez gentiment votre jambe et laissez les orteils aller en extension. Par compensation, les orteils iront plutôt en flexion. Tentez de les garder en extension. Maintenez la position 1 minute.

Entraîner les pieds, c’est une chose et ça vaut vraiment la peine. Mais on se doit aussi d’entraîner tout le corps par des exercices posturaux. Le corps peut influencer la position de nos pieds et vice versa. Un entraînement postural et spécifique vous éloignera des excès de tension afin de jouir de votre art de danser dans le juste effort.  


Katia Lambert

Un article de Katia Lambert

Katia Lambert est la fondatrice du Centre de kinésiologie Oxygène. Elle possède un baccalauréat en kinésiologie et pratique depuis près de 30 ans. Elle est diplômée de Gym sur Table – Posture et entraînement, de Thérèse Cadrin-Petit. Katia enseigne aussi le yoga. Formatrice, conférencière, avec les années elle a développé une expertise pour la pratique d’exercices avec la pleine conscience.

© Réseau d’enseignement de la danse. Tous droits réservés.