Gérer une classe de danse multiniveaux

1 novembre 2017
dans

La plupart du temps, nos groupes sont organisés selon l’âge des participants, le genre de danse pratiqué et/ou le nombre d’années d’expérience des élèves. Ceci facilite notre travail et assure une bonne évolution des élèves dans une ambiance de plaisir et de sécurité. Cependant, pour diverses raisons (groupes trop petits, âge versus niveau inéquitable, nouvelle proposition de cours, etc.), il arrive de se retrouver devant un groupe où le niveau et les capacités techniques des aspirants sont inégales. La tâche d’enseignant se complique alors! Comment faire pour garder les élèves plus avancés motivés sans les ralentir, mais sans faire peur aux autres? Comment garder un climat sain où les jugements et la compétition n’entrent pas en ligne de compte? Voici quelques pistes de solutions permettant d’offrir un cours harmonieux et agréable, autant pour vous que pour vos élèves.

Identifier clairement la problématique

Cette étape semble bien banale, voir comme “allant de soi”. Pourtant, souvent de mauvaises solutions sont apportées à une problématique, car celle-ci est mal identifiée. Un problème peut avoir différentes sources. S’agit-il d’une différence d’âge entre les participants? Avez-vous de nouveaux élèves provenant d’une autre école et donc habitués de travailler autrement? Ont-ils changé de style de cours, passant du hip hop à une classe de ballet par exemple? Les raisons d’un débalancement dans le groupe peuvent être multiples. L’important est de trouver la meilleure solution selon la problématique. En identifiant correctement la source du problème, vous pourrez apporter des changements adéquats, comme rediriger vos élèves vers un groupe plus adapté quand c’est possible, ou créer des exercices qui répondront aux besoins et attentes de tous.

Adapter et varier les exercices

Si orienter vos élèves vers un autre groupe n’est pas une option, vous devrez-vous adapter! Cela peut être plus simple qu’il n’y paraît. Assurez-vous, pour commencer, d’avoir un plan de cours structuré avec des exercices définis. Identifiez ce que vous désirez travailler à travers chacun d’eux, mais aussi et surtout, selon le niveau des élèves. Vous pouvez travailler avec des progressions selon là où en est chacun. Par exemple, dans votre enchaînement de tendus, vos élèves débutants devront mettre l’emphase sur les extensions des jambes, alors que les élèves plus avancés devront perfectionner le travail du pied en plus des ports de bras. Amusez-vous aussi à créer une gradation à travers les exercices en proposant, par exemple, une version explorant uniquement les jambes, une seconde incluant quelques bras simples et une finale plus complexe au niveau technique ou musical. Ainsi, chaque élève aura la possibilité de faire un exercice à sa hauteur. Ils pourront aussi développer leur confiance et faire évoluer leur technique en ayant l’option de passer à un niveau supérieur au courant de la session ou de l’année. Les guides d’enseignement du RED contiennent des tableaux de progression par niveau ainsi que des exemples d’exercices pouvant vous aider à réaliser votre préparation adéquatement.

Faites cependant attention à l’espace et à l’emplacement de vos élèves dans le studio. Des variations d’un même exercice augmentent le risque de confusion des élèves, surtout s’ils sont placés de façon aléatoire ou s’il y a des miroirs. Les élèves, surtout les plus jeunes, ont tendance à se fier à leurs yeux plutôt qu’à leurs sensations ou qu’à leur mémoire. Conseil : placez les plus avancés à l’arrière (cela leur donnera un défi supplémentaire) et assurez-vous, surtout s’il y a des miroirs, d’avoir un modèle clair à l’avant qui effectuera les exercices débutants afin de guider ceux-ci.

Utiliser les exercices de création

Et que fait-on pour la chorégraphie? Gardez une section ouverte à la création. Regroupez vos élèves en petits groupes (de force égale de préférence) et invitez-les à chorégraphier une partie. En plus de valoriser leur travail et leur créativité, vous leur permettez de se mettre en valeur. Tout le monde y trouvera son compte et habituellement, un fois la gêne surmontée, les élèves adorent participer à l’élaboration d’une chorégraphie et/ou d’un spectacle. Ils se sentent davantage impliqués et peuvent intégrer des éléments dans lesquels ils se sentent à l’aise et fiers. Les parents sont aussi ravis de voir le travail de leur enfant et l’importance que vous leurs donnez. De votre côté, cela apporte plus de variété à vos créations!

Donner du “feedback”

N’hésitez pas à parler avec vos élèves. Posez-leurs des questions sur le déroulement du cours, sur leurs sentiments par rapport au niveau ou au groupe, et surtout, prenez aussi le temps de valoriser leurs bons coups, leurs efforts, les points à travailler et leur évolution. Ils sentiront qu’ils sont à la bonne place malgré les différences présentes dans la classe. Le but est d’assurer un moment agréable aux élèves afin de leur permettre de développer leur passion pour la danse, peu importe les difficultés rencontrées,. Un professeur à l’écoute peut facilement éviter de rebuter une personne face à son expérience. Exposer les forces de chacun devant le groupe peut aussi permettre une meilleure cohésion entre les jeunes (et moins jeunes) tout en démontrant les multiples facettes de la danse : “Observez la hauteur des sauts de Marika!”, “Regardez l’énergie de Raphaëlle durant cette section de la chorégraphie”, “Super, le sourire Romy. On voit que tu t’amuses!”… La danse ne se résume pas à des prouesses techniques et c’est bien de le rappeler collectivement à nos élèves.

Une classe multi-niveaux est un défi en soi! Cependant, faites-vous confiance, car vous avez les outils et les compétences pour le relever. N’oubliez pas de partager vos difficultés avec collègues et amis. Ils vous offriront peut-être d’autres pistes de réflexions et de solutions!


Un article de Marie-Pier Fortier

Marie-Pier Fortier est bachelière en danse contemporaine de l’UQAM, profil interprétation. Sa formation a cependant commencé tôt dans le milieu du loisir. À ces débuts, elle est initiée au ballet jazz puis touche à différents styles au fil des années. Avec plus de 15 ans d’expérience en enseignement dans le milieu récréatif et scolaire, elle développe son propre style et fait preuve de pédagogie. Marie-Pier est observatrice et désire aider les gens à se surpasser, à trouver leur propre façon de bouger. Pour elle, la technique est à la base d’une bonne performance, mais elle ne doit jamais être travaillée au détriment de la notion de plaisir. La créativité est au cœur de son travail. Ces dernières années, elle développe un intérêt pour le yoga et entame une formation professionnelle en Danga auprès de Mylène Roy.

Suivez-nous!