Favoriser l’intégration et stimuler l’apprentissage chez les garçons

Favoriser l’intégration et stimuler l’apprentissage chez les garçons
15 janvier 2019
dans

La mixité est plutôt rare dans les classes de danse, particulièrement chez les plus jeunes et dans certains styles. Trop peu de garçons sont attirés par la danse, et ceux qui le sont restent très stigmatisés. Si vous avez la chance d’en compter quelques-uns dans vos groupes, il convient donc de suivre quelques recommandations d’usage pour garantir leur intégration et leur motivation. Lors d’une récente entrevue, Benjamin Hatcher et Dominique Turcotte m’ont livré leurs secrets.

BIEN COMMUNIQUER

Il est facile de perdre de vue le(s) rare(e) garçon(s) de la classe et de s’adresser au groupe en disant «mes demoiselles» ou «les filles». Et pour cause! Ils se trouvent souvent noyés dans une marée de filles. Dans un souci d’efficacité, il est donc fréquent qu’un(e) enseignant(e) utilise des termes génériques. S’il vous plaît, faites preuve de vigilance et choisissez soigneusement les termes que vous employez.

MAINTENIR L’INTÉRÊT

Les garçons qui choisissent la danse comme activité de loisir peuvent être amenés à pratiquer différents styles. Comme professeur(e), cela peut parfois représenter un défi de bien les intégrer au sein d’un groupe majoritairement composé de filles… Comment nourrir l’intérêt d’un jeune homme au cours de l’année afin qu’il poursuive ses études et, éventuellement, sa formation professionnelle en danse? Commencez par réfléchir à ce qui motive sa participation. Ensuite, faites appel à son intelligence et demandez-lui ce qu’il aime, ce qui le fait «tripper». Quelle que soit sa réponse, il veut très certainement bouger et être dans l’action. Pour répondre à ses besoins, vous devez donc rester à l’écoute et faire preuve de flexibilité. Dérogez de votre plan de cours et laissez une place à la spontanéité : votre classe n’en sera que plus dynamique et vos élèves auront davantage de plaisir!

CHOISIR UNE GESTUELLE APPROPRIÉE

Si vous souhaitez encourager les garçons à poursuivre la danse, proposez-leur une gestuelle qui les valorise :

  1. Évitez les mouvements et les pas traditionnellement réservés aux filles (pas courus de souris, mouvements très doux et romantiques, certains pas de valse, etc.). Il est toujours possible d’adapter le vocabulaire et de modifier un exercice pour qu’il s’en dégage plus de virilité (port de bras avec une certaine prestance, tête tournée et non délicatement inclinée);
  2. Donnez aux garçons leur moment de gloire dans la classe, par exemple en mettant une musique plus lente et en leur demandant de sauter le plus haut possible (grands sauts de déplacement). Les exercices de porté sont aussi un excellent moyen de démontrer leur force physique, leur puissance et leur virilité;
  3. Mettez les interprètes au défi et faites-leur découvrir un travail qu’ils n’ont pas nécessairement eu l’occasion d’expérimenter. Luttez contre vos réflexes et les stéréotypes de genre en imaginant des duos femme/femme ou homme/homme qui ne respectent pas les codes traditionnels. Une autre très bonne option consiste à faire exécuter des pas de garçons aux filles afin qu’elles se familiarisent avec une nouvelle physicalité de mouvement.

PROPOSER UN MODÈLE REPRÉSENTATIF

La direction et l’équipe professorale d’une école devraient réfléchir ensemble à leur approche pédagogique. Ont-ils réellement la capacité d’intégrer les garçons dans le travail de groupe? Si des interprètes masculins n’ont que des femmes pour références, comment peuvent-ils donner un caractère plus virile à leur interprétation? Il ne faut pas sous-estimer l’importance d’avoir un exemple, un modèle représentatif. Dans un monde idéal, les classes destinées aux garçons seraient enseignées par des hommes. Elles mobiliseraient différentes énergies (aérobie, arts martiaux, ballet, etc.) et incarneraient une approche très large et inclusive de la danse. Pour toutes sortes de raisons, c’est loin d’être évident. Les enseignants doivent donc régulièrement puiser dans leur boite à outils pour aider les garçons à bien intégrer certaines notions et à peaufiner leur interprétation.

 

Quelle que soit l’approche que vous privilégiez, gardez en tête que l’image que vous véhiculez est très importante. Faites attention au choix des mots, des vêtements et des exercices afin de positionner la danse comme une discipline ouverte à tous, qui peut s’avérer aussi cool et virile que n’importe quel sport.


Un article de Élodie Malroux

Élodie Malroux cumule près de dix ans d’expérience comme directrice des communications pour des OBNL du milieu culturel. Elle a débuté sa carrière à Circuit-Est centre chorégraphique, un organisme de services s’adressant aux professionnels de la danse (résidences de recherche et création, activités de perfectionnement et de ressourcement, mentorats, échanges internationaux, etc.) et regroupant plusieurs compagnies de danse contemporaine, avant de mettre ses compétences au service du Théâtre Aux Écuries (Montréal). Elle a récemment rejoint l’équipe du Réseau d’enseignement de la danse, où elle est en charge d’optimiser les différents outils numériques existants et de développer des stratégies spécifiques pour élargir l’audience et le rayonnement de l’organisme. Elle coordonne notamment la réalisation d’un vlogue sur la danse ainsi que les activités de formation continue programmées annuellement par le RED.

© 2018 Réseau d'enseignement de la danse. Tous droits réservés.