Entrez dans le rythme!

Entrez dans le rythme!
20 novembre 2018
dans

Rythme, pulsation, tempo, mélodie… Autant de termes familiers souvent difficiles à démêler. Pour démystifier ces différents concepts et tenter de mieux comprendre la musique, j’ai discuté avec Steve Hamel, collaborateur du RED et accompagnateur-percussionniste d’expérience.

trois éléments clés

Il est important d’identifier et de bien comprendre trois éléments de base pour mieux interpréter la musique : la pulsation, le tempo et le rythme. Telle une colonne vertébrale, la pulsation sert de support, de pilier à l’ensemble musical. Elle est régulière tout au long du morceau; imaginez-la comme un cœur ou un métronome dont le mouvement assure la régulation des autres éléments. Le tempo, lui, dicte la vitesse du déroulement de la pulsation et, donc, de la musique. La danse utilise des termes relatifs au tempo : l’allegro caractérise l’exécution de pas rapides tandis que l’adagio exploite la lenteur. Enfin, il y a le rythme, élément chéri des danseurs facilement saisissable à l’oreille. Comme le dirait Steve : «tout est rythme» puisqu’il constitue en fait un enchaînement de sons s’appuyant sur la pulsation et le tempo! L’aspect rythmique est primordial en musique, car il assure la cohérence de l’ensemble musical. En effet, à travers une multitude de possibilités, il souligne le style, la nature et l’essence même d’une pièce.

La perception et la composition du rythme

La perception du rythme est innée pour certains et difficile pour d’autres. Pourtant, le corps est fait de rythmes : le cœur (binaire), le souffle (ternaire) et les différents organes ont leur propre fonctionnement, leur tempo et leur pulsation. Nous sommes des êtres polyrythmiques. Selon Steve, se connecter à soi-même permet de ressentir le passage de la musique à travers le corps. Elle est en fait un courant d’énergie dont la compréhension nécessite sensibilité et écoute. 

Jouer avec le rythme apporte une couleur et une énergie particulière. Cela amène l’enseignant, les danseurs et l’accompagnateur à sortir de leur zone de confort et les encourage à explorer. La musique devient alors un langage mathématique qu’il faut apprivoiser afin de mieux le maîtriser. L’une des expériences les plus intéressantes que Steve ait connue sur le plan musical a été de travailler auprès de Roger Sinha. S’inspirant de la danse traditionnelle indienne (bharatanatyam), Sinha chorégraphie sur des mesures composées (3+2, 4+3, 4+2+3). À travers son travail, la danse, le rythme et la musique sont codifiés; chaque mouvement est associé à un son et la combinaison de tous ces rythmes et mouvements devient la musique.

Les rythmes binaires et ternaires

Les rythmes les plus souvent travaillés dans une classe de danse sont les rythmes binaires et ternaires. Ce sont en fait les rythmes de base qui composent tous les autres rythmes ou mesures composées (autres figures rythmiques, par exemple en 5 ou 7 temps). Aujourd’hui, la musique populaire est principalement construite sur un rythme binaire, qui s’inscrit de façon plus intuitive dans la physicalité des populations occidentales. La marche est un bon exemple de mouvement binaire naturel. Par contre, autrefois, lorsque la valse faisait partie des mœurs et de la culture populaire, le rythme ternaire était plus souvent utilisé. Il est d’ailleurs encore très présent dans certaines cultures. Pensez à la danse africaine. 

Lorsqu’il accompagne une classe, Steve aime explorer et conjuguer les énergies binaire et ternaire. À travers une pièce musicale, il garde la même pulsation mais s’amuse avec son phrasé. Cela lui permet d’aller chercher des qualités différentes sans ralentir le tempo. Par exemple, en intégrant des rythmes ternaires dans une mesure binaire, il crée des effets de suspension intéressants et inspirants pour les danseurs en action. Parfois, il accentue un son (accent), intègre une mesure de silence, change d’instrument… Il travaille en étroite collaboration avec le professeur mais réussit toujours à trouver une certaine liberté de création. Il fait aussi des propositions rythmiques afin de stimuler les enseignants et les élèves. Ce lien étroit entre professeur, accompagnateur et danseurs est primordial pour lui.

Le rôle de la percussion

Le meilleur moyen de sentir la musique, c’est d’en jouer! C’est d’ailleurs par la percussion corporelle que Steve initie le plus souvent les novices en musique. Ce type d’exercice permet de bien sentir la pulsation (avec les pieds qui frappent aux sol) et de développer la coordination mains/pieds. C’est une façon accessible d’explorer le rythme. D’autres exercices permettent d’enrichir la compréhension de la musique. Par exemple, faire des diagonales en exploitant la marche, tout simplement; puis ajouter des défis comme taper des mains sur les comptes impairs. L’écoute musicale reste une activité simple mais efficace. Elle permet de décortiquer la musique et de replacer des notions de base comme trouver la pulsation et la suivre.

Si Steve avait un seul conseil à vous donner, ce serait «Que le groove soit avec vous!». Restez en rythme, bougez, écoutez de la musique, aimez la musique et aimez écouter de la musique! La musique n’est pas accessoire, surtout en danse; elle en est le carburant. Restez curieux, ouvrez-vous au monde et soyez sensible à ses différents rythmes pour réussir à entrer dans sa danse.


Marie-Pier Fortier rédige des articles de blogue pour le Réseau d'enseignement de la danse

Un article de Marie-Pier Fortier

Bachelière en danse contemporaine profil interprétation (Université du Québec à Montréal), Marie-Pier Fortier a débuté sa formation jeune. Après une initiation au ballet jazz, elle a pratiqué différents styles de danse et cumule une quinzaine d’années d’expérience en enseignement dans les milieux récréatif et scolaire. Observatrice et pédagogue, elle aide les gens à se surpasser et à trouver leur propre façon de bouger en plaçant la créativité au cœur de son travail. Bien qu’elle accorde beaucoup d’importance à la technique, elle ne devrait selon elle jamais être travaillée au détriment du plaisir. Depuis quelques années, Marie-Pier s’intéresse au yoga et suit une formation professionnelle en Danga auprès de Mylène Roy.

© 2018 Réseau d'enseignement de la danse. Tous droits réservés.