La danse, bien plus qu’un loisir ? Le DEC technique Danse-interprétation

30 janvier 2018
dans

Partie 1 – Le DEC Technique Danse-interprétation

Dans son article du 17 janvier, «  Poursuivre son parcours en danse au CÉGEP », Marie-Joanie parlait du DEC pré-universitaire en danse. Ce programme populaire permet d’obtenir un diplôme d’études collégiales tout en continuant à se développer en danse, sans nécessairement en faire une carrière. Mais quel programme collégial choisir si votre intérêt pour la danse vous dirige plutôt vers une carrière d’interprète professionnel?

Si vous possédez déjà de solides bases en danse contemporaine, en jazz ou en classique, le DEC technique Danse-interprétation, qui débouche directement sur le marché du travail, pourrait s’avérer un excellent choix. D’une durée de trois ans, le programme Danse-interprétation prévoit deux voies de spécialisation; l’une en danse contemporaine et l’autre en danse classique. La formation spécialisée est confiée aux trois écoles supérieures mandatées par le ministère de la Culture et des Communications, ainsi que par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement Supérieur. L’École supérieure de ballet du Québec (l’ESBQ) assure la danse classique, tandis que la danse contemporaine est offerte par l’École de danse contemporaine de Montréal (L’ÉDCM) et L’École de danse de Québec (L’EDQ). Leurs partenaires scolaires sont le CÉGEP du Vieux Montréal et le CÉGEP de Sainte-Foy.

L’admission au DEC technique

Comme il s’agit de programmes de formation professionnelle qui débouchent directement sur le marché du travail, l’admission au DEC technique Danse-interprétation requiert un bon niveau de performance en danse. À cette base peut s’ajouter d’autres conditions telles la morphologie et les qualités physiques de souplesse, de force et de coordination, ainsi que des considérations telles la musicalité et la créativité. L’admission au DEC technique se fait en deux volets. Il faut s’inscrire au processus d’audition de l’école supérieure visée, et effectuer une demande d’admission auprès du CÉGEP partenaire.

Chaque école supérieure gère son processus d’admission. Selon le cas, la procédure peut s’échelonner sur quelques jours, ou nécessiter la présence à un stage de formation estivale qui constitue une étape finale d’évaluation. Habituellement, il n’y a rien à préparer à l’avance, puisque les classes d’audition se déroulent comme des leçons de danse.

Et si vous ne rencontrez pas les critères d’admission au DEC technique ?

Pour le profil danse contemporaine, l’ÉDCM et L’EDQ offrent toutes deux un programme de mise à niveau d’une durée habituelle d’un an. Ainsi, les candidats qui présentent un bon potentiel, mais qui ne rencontrent pas le niveau de performance requis peuvent être invités au programme de mise à niveau.

En danse classique, en raison du niveau de performance exigé, il est plus difficile d’accéder au programme de niveau collégial sans avoir reçu une formation préparatoire ou pré-professionnelle au secondaire.

Si vous souhaitez faire le point, n’hésitez pas à vous inscrire à une audition d’admission auprès de l’école supérieure de votre choix.

Ci-dessous; quelques liens qui vous permettront d’en savoir d’avantage sur le DEC technique Danse-interprétation.

Danse classique

École supérieure de ballet du Québec

CÉGEP du Vieux-Montréal – danse classique

Danse contemporaine

École de danse contemporaine de Montréal

CÉGEP du Vieux-Montréal – danse contemporaine

L’École de danse de Québec 

CÉGEP de Sainte-Foy

 


Portrait de Dominique Turcotte

Un article de Dominique Turcotte

Diplômée de l’École nationale de ballet du Canada et licenciée de l’Imperial Society of Teachers of Dancing, Dominique Turcotte a enseigné quatre ans au Ballet national avant de s’établir à Québec en 1983. Elle fut directrice générale et pédagogique de L’École de danse de Québec de 1985 à 2009. Très impliquée dans le développement de son milieu, elle a siégé sur plusieurs conseils d’administration et comités professionnels aux niveaux régional, provincial et national. Sa contribution au développement de la danse à Québec lui a valu plusieurs reconnaissances, incluant le prestigieux prix Femmes de Mérite du YWCA dans la catégorie Arts et Culture (2009).

Depuis 2011, Dominique se consacre à l’enseignement à titre de pigiste. Elle a été professeure invitée dans une douzaine d’institutions au Québec, en Ontario, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse.

Dominique est membre fondatrice du Réseau d’enseignement de la danse. Coauteure du programme RED pour l’enseignement de la danse classique, elle enseigne occasionnellement lors de ses stages de développement professionnel. Elle est également membre du comité pédagogique aviseur du RED et contribue régulièrement à son blogue et à ses divers comités et activités.

© 2018 Réseau d'enseignement de la danse. Tous droits réservés.