Blogue du RED
Tous les articles

Cours de ballet pour personnes agées: Le type d’exercices à proposer

8 janvier 2020
dans

Nous voici en 2020 et je reprends mon enseignement en ballet à mes élèves en or qui réalisent leur rêve : faire du ballet après 50 ans!

Depuis bientôt trois ans, j’écris mes cours chaque semaine en fonction de ce qu’elles ont pu accomplir la semaine précédente.

Depuis ces sessions, je me rends compte que les exercices et les enchaînements ont considérablement évolué.

Je revois donc toutes mes leçons régulièrement et je tente de progressivement introduire de nouvelles notions de contrôle moteur et de coordination. Je reste toujours à l’écoute des réactions et des habiletés de mes élèves passionnées ainsi que de leur évolution.

Types d’exercices de ballet classique

À la barre

Au départ, les exercices à la barre ne comportaient que des exercices devant et à la seconde. Lorsque j’ai constaté qu’elles maîtrisaient bien le concept de devant-derrière, j’ai introduit le dégagé derrière. Donc nous pouvions faire des exercices en croix. Par contre, à aucun moment je ne demande de lever la jambe derrière, car c’est trop exigeant pour le bas du dos à ces âges.

Par la suite, j’ai introduit la notion de devant-derrière-dessus dessous. Les ronds de jambe à terre se font maintenant en dehors et en dedans et elles maîtrisent bien l’exercice dans les deux directions.

Ensuite, j’ai ajouté les élevés, les fondus et les relevés.

Ceci me permet de développer des exercices de renforcement des jambes plus efficaces et contribuer à un équilibre meilleur. De même, les exercices à la barre deviennent plus complexes et développent leur concentration et leur contrôle moteur.

Au centre

Au centre, je commence toujours par un port de bras. Ceci leur permet de se détendre des exercices à la barre et de reprendre contact avec l’expressivité et la fluidité du geste. Ces exercices s’exécutent en face, en croisé ou en effacé, selon le mouvement de bras proposé. J’y ajoute souvent des mouvements de bras moins académiques que les cinq positions traditionnelles afin de développer leur sensibilité et leur expressivité à la musique et travailler la fluidité des bras. Je recherche toujours des musiques qui les touchent et les incitent à s’exprimer et j’aime bien utiliser les musiques du RED qui offrent des possibilités variées.

Ensuite, j’enchaîne avec des composantes de battements tendus de tout ordre afin de ramener leur concentration sur l’espace, l’organisation de celui-ci et la coordination bras-jambe. C’est parfois un moment de frustration qui doit tourner à la rigolade parce qu’il n’y a pas mort d’homme si on se trompe!

Enchaînements dansés

Vers la moitié du cours, j’introduis toujours des enchaînements simples, mais très dansants. Les déplacements sont nombreux et variés. Pas de bourrée, devant-derrière, dessus, dessous, piqués, pas de chat, glissades, assemblées, pas de basques, polka, pas de valse. Tous les enchaînements sont bons!

Les pas de bourrée sont très importants, car ils développent la coordination, le sens de l’organisation de l’espace, le rythme et les accents musicaux. J’introduis, des déplacements par ½ tour, comme des pas de valses et des polkas. 

Parfois, ce moment de pas de bourrée peut être frustrant, comme les battements tendus au centre, mais ça doit devenir un moment de plaisir. D’ailleurs, tout le cours doit être joyeux et humoristique, car nous sommes toutes là pour le plaisir de danser et non pour la performance.

Il est très important de toujours construire ses enchaînements à partir de mouvements acquis précédemment. Les participantes, les reconnaissant, sauront mieux les contrôler dans les enchaînements.

Je fais toujours pratiquer l’enchaînement sans musique au départ et en décortiquant bien chaque mouvement. Ensuite, j’introduis la musique. Si l’apprentissage s’avère toujours difficile, je reprends chaque partie séparément jusqu’à ce que l’exercice soit maîtrisé.

Lorsque les participantes se sentent en contrôle de ce qu’elles font, elles sont fières et heureuses et c’est le propos du cours!

Comme dans toute forme d’enseignement, l’enseignante doit tenir compte de ses sujets, les respecter et les amener progressivement vers les objectifs fixés par les unes et les autres. 

Parfois, il faut s’armer de patience et souvent il faut changer sa stratégie tout simplement.

Bon cours. Si vous avez davantage de questions ou que vous souhaitiez que je commente vos exercices, n’hésitez pas, je me ferai un plaisir de vous répondre. Voici d’autres conseils pour les enseignants.


Portrait de Thérèse Cadrin-Petit © Caroline Laberge

Un article de Thérèse Cadrin-Petit

Thérèse Cadrin-Petit commence par une fructueuse carrière de danseuse professionnelle pour Les Grands Ballets Canadiens, le Ballet national du Canada et la Comédie-Française, à Paris, puis devient professeure de danse. Passionnée par la précision du geste et par l’art du mouvement, elle se perfectionne en gymnastique corrective et posturale, étudie l’anatomie, la physiologie, la mécanique humaine et l’ostéopathie. Créatrice de la méthode de Gymnastique sur table TCP, qu’elle enseigne aujourd’hui dans divers contextes, Thérèse Cadrin-Petit donne des cours d’anatomie dans les stages organisés par le RED.

© Réseau d’enseignement de la danse. Tous droits réservés.