Changer la structure de sa classe de danse

14 février 2018
dans

La structure dans une classe de danse est très importante, mais faut aussi prévoir différentes façons de changer les choses pour sortir de la routine. En tant qu’enseignants, nous avons l’habitude de souvent structurer nos classes de la même façon : échauffements, exercices techniques, diagonales et enchaînements. Or, une étude récente propose d’enseigner les nouveaux mouvements en début de classe, car le cerveau absorbe mieux les informations au commencement. De plus, quelques changements innatendus dans l’ordre des choses déstabilisent et motivent les élèves. Alors, comment varier notre structure de classe?

J’ai développé au fil des ans une méthode qui n’a pas été évaluée scientifiquement, mais qui, à mon sens, porte fruit chez mes élèves. Évidemment, dans les premiers cours, tout est nouveau, donc on peut utiliser une structure de classe habituelle. Par contre, il n’est pas nécessaire de passer pas à travers toute la matière au premier cours. Je suggère d’y aller doucement durant les trois premières semaines de cours, pour permettre aux élèves de s’habituer à la classe, mais aussi, pour faciliter le suivi s’il y a de nouveaux élèves qui s’ajoutent au groupe.

Après ce début plutôt standard, on peut se permettre d’apporter régulièrement de petits changements. Prenons l’exemple d’une classe de danse classique pour démontrer plus efficacement ma méthode.

Évidemment, je commence toujours avec l’échauffement et je vous recommande de toujours le faire puisque c’est une étape essentielle pour bien danser sans se blesser. Je vous réfère à l’article Échauffement et retour au calme pour une pratique de la danse sécuritaire pour en apprendre plus sur ce sujet. Ensuite, nous allons à la barre où je présente le nouvel exercice de la semaine. Par exemple, si je n’ai pas encore démontré mon exercice de rond de jambe, je commence par celui-ci. Je prends le temps de bien expliquer et les élèves l’exécutent. Par la suite, je reprends ma structure à la barre, plié, dégagé, dégagé en l’air, etc.

Ensuite, nous allons au centre et je répète la même structure, c’est-à-dire que si je suis rendue à démontrer un nouvel exercice de pirouette, je commence par celui-ci. J’explique, les élèves exécutent, puis je poursuis avec ma structure de cours habituelle.

Vous comprendrez que je garde ce même principe pour les enchaînements, donc si je dois rajouter des mouvements, je commence par ceux-ci avant même de réviser l’exercice et par la suite, on enchaîne avec la nouvelle partie.

Grâce à cette méthode, je me suis rendue compte que mes élèves apprenaient et retenaient mieux leurs exercices et que cela améliorait considérablement la qualité des mouvements, en plus d’apporter un élément nouveau qui motive les élèves.

Je vous invite à regarder votre plan de cours et à imaginer comment vous pourriez briser votre routine tout en améliorant le rendement des élèves. Bonne chance!


Un article de Marie-Ève Marcotte

Depuis 1984, Marie-Ève Marcotte pratique plusieurs styles : classique, jazz, moderne, contemporain, pointes, hip-hop et lyrique. Elle enseigne depuis plus de vingt ans à des élèves de 3 à 50 ans (niveaux débutant, élémentaire, intermédiaire, avancé et semi-professionnel) et a remporté quatre fois la première place avec ses élèves dans trois compétitions différentes, ainsi qu’un «Hit of the day» à la compétition «Hit the floor Lévis». Elle affectionne le mélange de la technique et de la créativité et cherche à communiquer différentes émotions aux spectateurs, son objectif étant de transmettre le plaisir de danser et de favoriser l’accomplissement de ses élèves.

© 2018 Réseau d'enseignement de la danse. Tous droits réservés.