COVID-19 : Les activités des écoles de danse de loisir situées en zone rouge sont suspendues du 8 au 28 octobre

5 octobre 2020

Suite au point de presse du gouvernement du Québec, qui a annoncé la suspension temporaire des activités sportives et de loisir dans les zones rouges à compter du 8 octobre, le RED a demandé des précisions au ministère de la Culture et des Communications concernant les écoles de danse de loisir.

Il a obtenu les précisions suivantes :

De manière générale, les autorités gouvernementales nous demandent de faire tous les efforts possibles afin de réduire les contacts entre les personnes. À compter du 8 octobre, les mesures suivantes s’appliqueraient dans les régions dont le palier d’alerte est passé au niveau rouge. Ces mesures seraient réévaluées après le 28 octobre en fonction de l’évolution épidémiologique. 

Pour les régions situées en zone rouge, aucune activité sportive et de loisir organisée ne pourrait avoir lieu à compter du 8 octobre. Les cours de groupe et la pratique encadrée d’un sport ou d’un loisir seraient donc interdits. Seules les activités individuelles ou en duo et les entraînements sous forme individuelle seraient permis. Le port du couvre-visage ne serait alors pas obligatoire pendant l’effort physique. Toutes les compétitions seraient annulées tant au niveau scolaire et associatif que privé. De plus, les installations sportives intérieures et de loisir pourront demeurer ouvertes pour permettre la pratique libre, mais l’achalandage et l’accès aux vestiaires ne serait pas permis, à l’exception des toilettes.


Quant aux Sport-études, projets pédagogiques particuliers en arts, concentrations en sport, activités interscolaires et parascolaires :

  • Aucune activité parascolaire ou interscolaire ne serait permise.
  • L’offre au sein des programmes Sport-études, des projets pédagogiques particuliers en arts et de concentration sportive serait dispensée dans le cadre des services éducatifs de la formation générale des jeunes et serait maintenue selon les modalités suivantes :
    • Un seul groupe-classe stable autorisé ; 
    • Un groupe-stable supplémentaire pourrait être créé, à la condition de maintenir une distanciation de deux mètres entre les élèves de groupes-classes stables différents, en tout temps et d’observer rigoureusement les règles sanitaires ; 
    • En pratique organisée ou en entraînement seulement, tout en respectant l’application stricte des mesures de distanciation et l’absence de contacts entre les personnes ; 
    •  Le groupe en question pourrait donc se retrouver sur un même plateau, mais les exercices devront se réaliser seul ou en dyade ; 
    • Les compétitions, les parties et les spectateurs sont interdits.

En résumé, les cours de danse récréatifs, de groupe comme individuels, doivent cesser puisqu’il s’agit d’une pratique encadrée. Par contre, il ne serait pas interdit pour une personne seule ou un couple qui habite à la même adresse de danser dans le cadre d’une pratique libre.

« C’est un gros coup pour les écoles de danse qui étaient déjà grandement fragilisées depuis le début de la pandémie. Nombre d’entre elles ont investi des sommes considérables pour ouvrir à la rentrée en respectant les mesures sanitaires et elles ont démontré qu’il était tout à fait possible d’offrir aux élèves une pratique sécuritaire de la danse, même en temps de pandémie. Le RED continuera d’accompagner et de représenter ses membres dans cette nouvelle vague qui risque de faire très mal au secteur», affirme Véronique Clément, directrice générale du Réseau d’enseignement de la danse.

Voir le site du gouvernement pour la reprise des activités sportives et de loisirs pour les détails.

Télécharger le napperon gouvernemental qui offre les détails par zone de couleur pour les pratiques d’activités sportives et de loisirs.

Consulter la section COVID-19 du site Internet du RED.

Télécharger le communiqué en PDF

© Réseau d’enseignement de la danse. Tous droits réservés.